Mes patients plus ou moins urgents (3)

Episode III – Et vous?

Vous êtes déjà allés aux Urgences? Vous avez attendu un temps inexplicablement long? Vous avez du raconter vos malheurs à 5 personnes différentes sans trop savoir qui ils étaient? Bien, laissez-moi vous expliquer tout ça.

Vous êtes une jeune fille de 23 ans, et depuis ce matin vous avez de plus en plus mal au ventre, et en plus de la fièvre. Enfin, peut-être, vous n’avez pas de thermomètre chez vous, mais ça y ressemble, ça fait chaud et froid tout le temps comme dit Mamie. Inquiète, vous avez appelé le 15 : « Oui alors j’ai mal au ventre et de la fièvre, enfin je sais pas, enfin peut-être ». A l’autre bout du fil, @DocAdrenaline (ou autre régulateur de garde) vous demande quelques détails sur votre douleur, vos antécédents, juste histoire de vérifier que vous n’êtes pas en fait un fumeur de 53 ans qui fait un infarctus un peu vicieux. En tout cas, une douleur abdo fébrile, au téléphone ça peut être tout et n’importe quoi ; aussi on vous conseille d’aller voir un médecin rapidement, par exemple aux Urgences, il y en a à 5 minutes de chez vous.

Vous voilà donc au SAU (Service d’Accueil des Urgences) du CHU (Centre Hospitalo-Universitaire) du coin. Vous attendez sagement votre tour, il n’y a qu’un mec qui pisse le sang de la main avant vous. Pour patienter vous pouvez admirer le spectacle de ce type bourré qui invective sans raison apparente la charmante dame de l’accueil qui vous avait emprunté votre Carte Vitale.

Votre tour est arrivé! Une jeune fille, pas beaucoup plus âgée que vous, vous conduit dans une sorte d’antichambre fermée. Là, elle vous re-demande ce qui vous arrive, et re-fait le point avec vous sur vos autres problèmes de santé. « J’ai mal au ventre et de la fièvre ». Elle en profite pour vous coller un thermomètre sous l’aisselle et un tensiomètre sur le bras.
Cette jeune fille, c’est l’IAO : Infirmière d’Accueil et d’Orientation. Son job, c’est de trier les patients. En sortant du box, chaque patient se voit attribuer un chiffre de 1 à 4 selon le degré d’urgence. En 1, la douleur thoracique rétrosternale compressive qui irradie dans la mâchoire, et en 4 le type qui a mal à son épaule depuis 2 semaines. Sans que vous le sachiez, vous avez été classée 3.

L’étape antichambre est passée, vous allez enfin pouvoir voir un médecin! Ah ben non, c’est une nouvelle salle d’attente. Ce que vous ne savez pas, c’est que tous les box de consultation sont actuellement occupés, vous devez donc encore attendre un petit peu.

Quelques minutes plus tard, c’est… un gamin qui vient vous chercher ?!? Avec sa tête d’adolescent, ça doit être un lycéen en stage celui-là. Il vous amène dans un petit box : un lit, un peu de matériel éparpillé autour. « Bonjour, je suis Nosu Perdoc, je suis l’externe de garde, racontez-moi ce qui vous arrive ». L’externe? C’est un médecin ça? Il a une blouse et un stéthoscope, ça doit être plus ou moins un médecin… Bon, vous vous exécutez et re-re-racontez vos malheurs et vos problèmes de santé depuis la Maternelle. Une fois l’interrogatoire passé, ce M. Perdoc vous tripote de partout et écoute vous-savez-pas-quoi dans votre dos. « Je vais parler de votre cas à l’interne et je reviens vous voir après », conclut-il finalement. C’est pas encore maintenant que vous allez rentrer chez vous…
Ce type, c’était moi! Enfin, moi avant que je me laisse pousser une barbe pour éviter qu’on me confonde avec un adolescent pré-pubère. L’externe, c’est un étudiant en médecine en 4ème année (qui know nothing, Jon Snow ne sait pas grand-chose), 5ème année (qui en sait un peu plus), voire 6ème année (qui préférerait être à la BU parce que Winter Is Coming les ECN approchent). Son job c’est de faire un premier examen clinique (d’où les palpations et autres auscultations), et de jouer un peu au vrai médecin en proposant la prise en charge à suivre. Il n’a pas le droit de prescrire des examens (mais il le fait quand même si il est chaud) ou des médicaments (et là il n’ose même pas filer du doliprane de peur de faire une connerie). En gros il ne sert pas à grand-chose mais il n’est pas méchant et il essaye d’apprendre un peu sur le terrain.

Quinze minutes plus tard, c’est un autre individu en blouse qui accompagne le premier dans votre box. Un interne apparemment. Rebelote, les questions, le tripotage, en plus rapide cette fois. Il pense à une appendicite. « L’interne de chirurgie passera vous voir bientôt avant de vous monter dans son service ». Au même moment passe la tête d’une autre blouse à travers la porte : « Bonjour je suis le Dr Truc, J’ai eu le chir au téléphone il descend! » et s’en va comme elle est venue.
L’interne, c’est quasiment un médecin. Il a fait ses 6 ans d’études et est désormais à temps plein à l’hôpital. Il peut prescrire, mais pas encore s’appeler Docteur, même si en réalité tous les internes se présentent comme Dr, c’est plus simple (et plus classe). La dernière blouse qui est passée c’est l’Urgentiste. Un médecin thésé, un vrai Docteur : un PH (praticien hospitalier), ou CCA (Chef de clinique assistant) s’il a un rôle universitaire en plus. Les patients sont sous sa responsabilité, même s’ils sont pris en charge par l’interne.

Par la suite vous êtes dérangée par un jeune homme qui n’a qu’une envie : vous planter une aiguille dans le bras. Et si vous pouviez faire pipi dans un pot pour lui ça l’arrangerait. Drôle de personnage… Après avoir rempli quelques tubes de votre sang, il vous cale un tuyau dans le bras, tout en vous rassurant sur le faible temps d’attente avant que le chirurgien vienne vous voir.
Ce monsieur, c’est l’infirmier des Urgences (on dit aussi IDE : Infirmier Diplômé d’Etat). Généralement, ce sont des réincarnations de Shiva au vu de leurs capacités de multitasking, et leur calme maintenu en toute situation. Faut pas trop avoir de surrénales pour bosser aux Urgences. Dans votre bras s’écoule maintenant un savoureux cocktail d’antalgiques et d’antibiotiques, prescrits précautionneusement par l’interne dans le poste de soins.

Encore quelques minutes d’attente et c’est déjà la fin de votre séjour aux Urgences. Un type en pyjama vert vous emmène, brancard compris, vers l’ascenseur.
C’est le chirurgien, celui qui vous ôtera ce petit bout de bidoche nécrosée qui pourrit doucement dans votre intérieur. Il est accompagné : un brancardier +/- l’externe de chir de garde +/- l’interne de chir de garde si vraiment ils s’ennuient là-haut. Allez, bonne opération, revenez nous voir quand vous voulez!

En bonus, petit lexique pour comprendre qui est quoi dans Urgences (la série TV, E.R. en VO) :
– La dame de l’accueil = The Desk Clerk (Jerry, le gros bonhomme rigolo)
– L’IAO / IDE = N’importe quelle Nurse (c’est pas toujours la même qui s’occupe de l’accueil. Par exemple : Carol Hathaway)
– L’externe = The Med Student (y’en a plein de différents qui passent)
– L’interne = The Intern / Resident (Carter au début, avant qu’il devienne grand)
– L’urgentiste = The Attending (Mark Greene, of course, qui a quand même plus la classe que Clooney)
… Okay, let’s order a CBC, Chem 7, Type and cross, and a head CT…


Dans la même série :
Episode I – Une nuit
Episode II – Profiling
Episode III – Et vous?
Episode IV – Emergency Awards

4 réflexions au sujet de « Mes patients plus ou moins urgents (3) »

  1. Ping : Mes patients plus ou moins urgents (1) | No SuperDoc

  2. Ping : Mes patients plus ou moins urgents (2) | No SuperDoc

  3. Ping : Mes patients plus ou moins urgents (4) | No SuperDoc

  4. Ping : Externe | asadoc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s