Mon lendemain de garde

Alors y’a un type, un jour, qui a décidé d’inventer le repos de garde. Et vous savez quoi, ce type, c’était un génie.

Bon, il faut savoir qu’une garde aux Urgences, quand on est externe ou interne, on dort généralement entre 0 et 2h. C’est un peu léger. Surtout quand ces maigres minutes sont passées dans une chambre de garde moisie ou il fait alternativement -15° en hiver et 45° en été. Alors voilà, du coup y’a un type qui a dit « L’interne bénéficie d’un repos de sécurité à l’issue de chaque garde de nuit » (c’est dans le code de la santé publique, oui monsieur). Histoire déjà qu’il ne tue pas quelques patients en enchaînant sa 30ème heure de boulot consécutif, ou qu’il ne s’endorme pas les mains dans un patient au bloc, ou encore qu’il ne se prenne pas un arbre en rentrant chez lui en voiture.

Alors du coup, à 9h, après avoir sauvé des vies (enfin presque) toute la nuit, les internes et externes rentrent chez eux histoire de se reposer un peu. Généralement, la journée commence donc allègrement dans l’après-midi, voire même carrément à 17h, la tête en vrac, sans savoir si on est hier ou demain. Y’a certaines règles que je me fixe en lendemain de garde, comme ne jamais ouvrir un bouquin. De toute façon dans cette situation j’ai déjà du mal à aligner deux idées cohérentes, alors apprendre la classification TNM du cancer du bras droit… Du coup, j’en profite pour faire les trucs que je fais pas d’habitude, parce que j’ai pas le temps : me balader, regarder des séries débiles, glander, faire le ménage… Une chose est sûre : je suis mieux n’importe où qu’à l’hôpital.

Vous l’aurez compris, ce pays est parfait, on pense à la sécurité des patients et du personnel, on ne force pas les gens à travailler plus de 24 heures d’affilée…

Oui, sauf que…

Sauf que voilà, le repos de sécurité, c’est hyper bien sur le papier, mais c’est encore trop peu appliqué. Là je ne parle pas des externes qui n’ont pas vraiment de responsabilités vis à vis des patients (mais qui sont fatigués quand même et qui ont aussi le droit à un repos de garde, nan mais oh), mais bien des internes que l’on force à venir bosser en lendemain de garde.

Vous vous faites opérer un mardi matin à 9h? Et bien sachez que l’interne qui vous découpera en morceaux a possiblement dormi 2 heures cette nuit, et qu’il commence sa 25ème heure de travail consécutif à l’hôpital.

Vous avez un proche hospitalisé? Le principal soignant qui s’occupe de lui est généralement l’interne, celui-là même qui a passé sa nuit aux urgences. Une erreur de prescription est si vite arrivée quand on manque de sommeil…

Le repos de sécurité, c’est super bien, quand on y a droit. Sinon c’est juste illégal. Mais ça c’est l’hôpital qui se fout de la charité…

Une réflexion au sujet de « Mon lendemain de garde »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s