Mes patients plus ou moins urgents (4)

Episode IV – Emergency Awards

Cet article est le fruit d’un appel sur Twitter, où j’ai proposé à tous mes followers de partager leurs motifs de consultations les plus farfelus rencontrés aux Urgences. Préparez-vous, enfilez votre plus beau pyjama de bloc, car voici le best-of des gens qui redéfinissent la notion même du mot "Urgence".
Mesdames et Messieurs, bienvenue à la première édition des Emergency Awards!

Dans la catégorie "On pose 2 voies, remplissage vasculaire, on pousse de l’adré, on va le perdre!!!" :
- "J’ai un bout de quiche coincé dans la gorge, ça gratte"
- "Brûlure à l’huile bouillante" Zone brûlée = 1mm² environ
- Égratignure de 2 mm. "Et j’ai pas d’arrêt de travail?"
- "A appliqué de la crème hydratante effet chauffant … et a eu chaud"

Dans la catégorie "Non, j’ai décidé que vous n’iriez pas vous coucher"
- 22 ans, Pharyngite, 5h du matin. Emmené en ambulance…
- "Bonjour il est 4h du mat et je pars en vacances demain, vous pourriez me faire mes vaccins?"
- Insomnie : évidemment, arrive à 3h du matin. S’endort en salle d’attente. Le miracle des Urgences…
- 3h du matin. Douleurs du bras après avoir joué à la pétanque
- 4h du matin. "Fatigué". Traitement : sommeil, QSP plus fatigué.

Dans la catégorie "C’est mon fils ma bataille, du coup on s’inquiète vite" :
- "Bruit inspiratoire bizarre chez un nourrisson de 4 mois." En effet il commence à gazouiller
- "Il a mis le pied dans l’eau chaude!" Oh. My. God. De l’eau CHAUDE, rendez-vous compte
- "Mon fils de 14 ans n’arrête pas de roter!" Hum, surement un cas de rotite aigue…
- "Mon enfant a mangé une croquette pour chien!" Et bien bon appétit
- "Je l’ai senti chaud!" Et vous avez pris sa température? "Ben non…" 36,7°C évidemment
- "Mon enfant soupire souvent" Nous aussi Madame, nous aussi…
- "Ma fille s’est mouchée et ça sent la noisette, tenez!" (en tendant le mouchoir sale)

Dans la catégorie "On me dit le plus grand bien de vos harengs pomme à l’huile" :
- Touristes japonais amenant leur chien parce qu’il semble blessé à la patte
- "Parisienne qui amène ses gamins aux urgences pédiatriques car ils ont bu de l’eau du robinet de province" Une urgence Vittel, donc.

Dans la catégorie "C’est Urgent, mais depuis longtemps!" :
- "Il a mal aux jambes!!" Depuis combien de temps? "Au moins 4 ans"
- J’ai le nez qui coule depuis 1 mois. Et je viens à 23h en plus, histoire de faire un combo.
- Mal de dos depuis 6 mois. Vient le 24 Décembre "parce qu’il y a moins de monde vous comprenez"
- Douleur abdominale depuis 7 ans. Oui, 7 ans. Je pense qu’on peut écarter une appendicite…

Dans la catégorie "Vous pouvez répéter la question?" :
- "Vous auriez du vermifuge pour un bouc flatulent?" Kamoulox
- "Le week-end dernier j’ai fait la fête, j’étais ivre, j’ai peur d’avoir oublié d’enlever mon tampon et qu’il soit remonté". Moi aussi j’ai peur pour toi…
- "J’ai des sensations dans la tête depuis ce matin"

Dans la catégorie "C’est Doctissimo qui l’a dit!" : 
- "J’ai un infarctus!!!!" S’était en fait endormi sur son bras gauche
- "J’ai mal à la tête, j’ai peur que mon cerveau durcisse, je voudrais faire un scanner"
- "Il y a deux semaines l’immeuble d’en face était en feu, et aujourd’hui j’ai le nez qui picote, du coup je m’inquiète"
- "J’ai regardé sur internet et je suis sûre de m’être mis mon ovule vaginal dans l’urètre"
- "Je me suis piqué le doigt avec un cutter et j’ai peur de perdre mon doigt"
- "On m’a dit ce matin que j’avais l’Alzheimer ce matin mais je m’en souviens toujours donc ça doit être autre chose"
- 3h du matin, ne trouve pas son pouls carotidien

Dans la catégorie "Life’s a bitch" :
- "J’ai marché toute la journée et je comprends pas maintenant j’ai une ampoule au pied!" Nous on dit phlyctène. A part ça on peut pas faire grand-chose…
- "J’ai 81 ans et je me sens mal : ça fait 25 ans que je n’ai pas fait l’amour avec ma femme". Alors ici on peut pas faire grand chose par contre y’a la rue Saint-Denis pas loin…
- "J’ai avalé du shampoing en me lavant les cheveux" Si c’était du qui pique pas les yeux ça va
- Boutons de moustique. "Ça m’empêche de dormir". Vous aussi vous nous empêchez de dormir monsieur
- "Je me suis cassé un ongle en me battant avec une cagole tchia vu". Marseille, ville de tous les dangers

Dans la catégorie "Les urgences psy, c’est à côté" :
- "J’ai fait une tentative de suicide avec une boite de Vitamines. ET un verre de jus d’orange." On va se passer du lavage gastrique sur ce coup
- Motif : "S’est arrêté sur l’autoroute car dit avoir la bouche sèche, n’arrive pas à déglutir, l’air n’arrive pas à son cerveau, il va mourir"
- "Vient car depuis 3 ans ses cheveux ne poussent pas"
- "Je vous amène ma bouilloire pour que vous analysiez mon café car je suis sûr d’avoir été empoisonné"

Dans la catégorie "Le parcours de soin pour les nuls" : 
- Je me suis tordu la cheville, mon médecin traitant m’a prescrit une radio, du coup je viens à 6h du matin la faire aux Urgences
- Adressé par Médecin Traitant pour coloscopie en urgence. Motif : rectorragies d’essuyage
- 9h du matin : "J’ai rendez-vous chez mon médecin à 11h pour mon angine mais là je pouvais plus attendre"
- "Mon médecin m’a dit d’enlever cette verrue de toute urgence!"

Dans la catégorie "Euh, comment te dire…" :
- A 3 mois de grossesse, a fait l’amour avec son copain et a peur d’accoucher parce que "y’a un truc qui coule"
- Femme enceinte : "J’ai des poils dans le nombril je crois que c’est les cheveux de mon enfant"
- "Grain de riz dans l’œsophage" Bon ben plus qu’à attendre qu’il descende

Dans la catégorie "Un Big Mac et une grande frite siouplait" : 
- "J’ai mal à la tête et j’avais plus de doliprane chez moi"
- "Bonjour, j’aimerais bien savoir si je suis enceinte" Puis revient de la pharmacie avec son test urinaire : "Bonjour, vous pouvez m’expliquer comment on fait?"
- "Je voulais voir bébé dans mon ventre"
- "J’ai un bouton sur la tempe vous pouvez me le percer?"
- "Mon enfant ne veut pas prendre son médicament, vous pouvez le faire?"
- "On part en vacances demain on voudrait juste faire un check-up avant de partir histoire de vérifier que tout va bien". Okay, faites chauffer le scanner on fait la totale

Dans la catégorie "C’est moi qui décide" : 
- "La petite fait de la fièvre. C’est la 2ème fois qu’elle me fait le coup, je l’avais prévenue que si elle recommençait on irait à l’hosto". C’est important de tenir ses promesses
- "Je vous emmène mon mari parce qu’il a l’œil gauche qui pleure"

Dans la catégorie "Objet étranger intra-rectal" (pour le coup une vraie urgence, on trouve de tout) :
- Bouteille de Whisky
- Verre à Whisky (ils étaient ensemble?)
- Sex Toy de 40 cm de longueur pour 10 cm de diamètre
- Tube en néon (la fameuse ampoule rectale)
(Liste non exhaustive)

C’est tout pour cette fois, merci à tous ceux qui ont participé sur Twitter, vous êtes trop nombreux pour tous vous mentionner ici.
N’hésitez pas à rajouter d’autres histoires farfelues dans les commentaires, et si vous en voulez encore il y a ce topic d’e-cara qui recense des belles perles aussi.


Dans la même série :
Episode I – Une nuit
Episode II – Profiling
Episode III – Et vous?
Episode IV – Emergency Awards

 

Ma patiente qui criait au loup

Temps de chien. Et encore, même le plus aquaphile des labradors en aurait marre de cette pluie. En Avril ne te découvre pas d’un fil, et mets ta parka. La radio résonne dans la voiture de SOS Médecins. Bip-bidip-bop ! "On a une visite pour vous, pas loin, motif "Gastro". Vous voulez y aller?" Let’s go, allons sauver la vie de cette pauvre diarrhéique.

Arrivés au domicile, c’est une jeune femme d’une vingtaine d’années qui nous accueille. Enveloppée dans sa robe de chambre, son discours se veut alarmiste mais à première vue son état est plutôt rassurant.

"Je vais mourir, Docteur(s), j’ai mal partout, je me sens mal, c’est horrible, je vais mourir"

Bon, reprenons calmement. Elle croit avoir de la fièvre (petit aparté : achetez des thermomètres. Utilisez l’orifice que vous voulez, mais prenez votre température, c’est bien pratique). Elle est nauséeuse, et a eu 3 selles (quand on est médecin on ne dit pas caca mais selles c’est plus classe) liquides depuis hier. Pas grand-chose d’autre à nous raconter, si ce n’est "Je suis vraiment pas bien, c’est horrible, je vais mourir".

C’est ce qu’on appelle -entre nous, quand le patient n’est pas là- le syndrome méditerranéen. Ne le cherchez pas sur Pubmed ou même Wikipédia, rien de bien scientifique derrière ce mot. Définition : se dit de quelqu’un qui exacerbe sa douleur et ses plaintes au maximum, plus que la moyenne en tout cas. Loin de moi l’idée de dire que cette patiente était une menteuse qui ne souffrait pas, mais la tolérance et la perception de chacun par rapport à la douleur varie énormément. Quant au "méditerranéen" dans le nom, il indique [p=0,99, IC = 1-199%] juste que l’on retrouve ce syndrome principalement dans les populations du pourtour méditerranéen (Italie, Portugal, Maghreb…).

Bref, cette jeune femme avait mal. Partout. On l’ausculte… Aïe! On lui palpe le ventre… Aïe! On lui touche les jambes… Aïe! On lui percute les fosses lombaires… AÏÏÏÏE!!!!!
Ah tiens il avait l’air plus vrai celui-là, en plus le Aïe est franchement plus net à gauche (Asymétrie du cri, aussi appelé Signe de NoSu, brevet en cours), ça sent l’embrouille, ou le E. Coli, comme vous voulez, je ne connais ni l’odeur des Bacilles ni celle de l’embrouille.

Ni une ni deux, nous dégainons une splendide bandelette urinaire pendant que Mlle fait fonctionner ses sphincters, et dans ce liquide à l’aspect macroscopique trouble viennent apparaître 3 croix de leucocytes, témoins de la bataille féroce contre une méchante bactérie ayant élu domicile dans le rein de Mlle. ECBU et antibiotiques plus tard, nous avons sauvé cette gastroentérite qui n’en était pas une.

J’ai tiré quelques leçons de cette histoire pour ma pratique future :
1) In BU We Trust
2) Quand les patients ont trop de plaintes, il faut savoir les ignorer et être systématique dans l’examen clinique pour ne rien louper
3) Quand les patients disent que ça va vraiment pas, il faut aussi savoir les écouter. Et se dire que c’est pas juste une gastro.

Ma Dame

Elle entre dans le cabinet. Tout dans son apparence laisse deviner une certaine coquetterie, de son fin maquillage à sa coiffure parfaitement maintenue. Elle s’installe dans le fauteuil avec grâce, en nous souriant.

"Bonjour Mme V, que pouvons-nous faire pour vous?"

Elle n’a rien de grave, juste des petits tracas. En fait, elle n’a jamais vraiment été malade. En lisant son dossier, un élément m’interpelle et me fait penser à une faute de frappe. Derrière ses attitudes de jeune femme, 90 ans nous contemplent. Son anniversaire était la semaine dernière, le médecin lui souhaite joyeusement. Je surenchéris, ajoutant qu’elle ne fait pas du tout son âge. Elle sourit et ses joues se teintent de rose.

Retour au dossier médical. Pas un seul antécédent notable. Son ordonnance est plus vide que la gare Saint-Lazare à 3h du matin. Je passe au paragraphe des antécédents familiaux, bien plus fournis. Mme V a vu mourir ses frères et sœurs, son mari. Plus récemment c’est sa fille qui est partie d’un cancer du sein. Quand on parle du moral, sa pudeur lui fait répondre : "Je vis avec. Ou plutôt je survis sans eux".

"L’enfer, c’est les autres", a dit Sartre. "L’enfer, c’est voir les autres partir", répondrait Mme V.

Blue Öyster Cult - Don’t Fear the Reaper

Ma Boulangite aigue

Nouvelle collaboration avec SoSkuld! Comme la dernière fois, elle a eu la gentillesse de dessiner cette histoire vécue en stage, qui montre que la blouse n’a pas toujours l’effet que l’on croit. Pour retrouver ses autres dessins, c’est par ici !
Encore merci !

20140517-121131.jpg

Mes tirois

Comme tous mes co-étudiants en 2ème cycle des études médicales, je prépare l’Examen Classant National. Pour résumer les études de Médecine avant l’internat :
1) T’as ton bac, t’es content, tu rentres en PACES (ex-P1), et à la fin de l’année y’a un concours pour que les 20% les mieux classés puissent continuer leurs études en dentaire, médecine, pharmacie, ou sage-femme. Laissez-moi vous dire qu’on morfle sévère.
2) Après un ou deux essais, t’as ta P1, t’es content, tu passes en DFGSM2 (ex-P2), et tu glandouilles bien comme il faut pour compenser. Idem en DFGSM3 (ex-D1)
3) Les 4, 5, et 6ème années composent l’externat (DFASM, ex-D2-D3-D4), et là on recommence à bosser beaucoup beaucoup, parce qu’à la fin de la 6ème année y’a l’ECN, qui est pas exactement un concours mais c’est tout comme : le 1er choisit sa ville et sa spécialité, le 2nd choisit dans ce qui reste etc etc…

Donc, l’ECN. Parlons-en. Son but c’est de classer les 8000 D4 de France afin de laisser choisir les premiers et d’envoyer les derniers en médecine du travail. Comment ça se passe? 10 dossiers, sur 3 jours, une note finale sur 1000 points et un classement. Outre le fait que 3 ans d’études se jugent en 3 jours, ce système présente un autre problème : vous comprenez bien que 1000 points pour classer 8000 étudiants, ça fait plus serré que le RER A aux heures de pointes. Et en plus, comme Gauss ramène sa courbe partout, quand on a une note moyenne, ça fait vraiment beaucoup de monde en vraiment peu de points. Résultats : il y a entre 5 et 10 ex-æquo sur chaque point dans les notes médianes. Qui sont départagés selon leur note à chaque dossier dans l’ordre (donc il vaut mieux réussir le dossier 1 que le 9), et en cas d’égalité parfaite, par leur date de naissance, le plus jeune ayant l’avantage.

La conséquence de tout ça, c’est :
1) C’est quand même plus ou moins une grosse loterie cette histoire
2) Chaque point vaut très très cher en terme de classement
Les points, d’ailleurs, s’obtiennent grâce à une notation par mots-clés, pièges et autres PMZ (Pas Mis Zéro, si on oublie un truc hyper important à une question, on a 0 à cette question). Pour éviter ces pièges et ressortir proprement ces mots-clés, certains réflexes s’acquièrent petit à petit : des tiroirs, des mots à ressortir selon chaque dossier. Comme en médecine on aime bien faire des analogies avec nos mots compliqués partout, on parle de réflexes médullaires, ou sous-corticaux. L’information passe de la rétine jusqu’à la pointe du stylo sans passer par une quelconque réflexion.

Certains sont plutôt logiques, et même carrément important : devant une telle situation dans la vraie vie, les oublier peut avoir des conséquences désastreuses :
- Femme en âge de procréer : rechercher une grossesse par β-HCG. Ça peut paraître un peu excessif, et pourtant, ce (vrai) cas clinique de @qffwffq montre qu’il faut toujours y penser.
- Plaie : SAT/VAT = vérifier le statut vaccinal anti-tétanique et si besoin faire un rappel.
- Tabac : arrêt du tabac. Le tabac c’est le mal. Il faut l’arrêter. Il faut dire de l’arrêter à chaque question ou presque. Par contre, on n’explique pas comment l’arrêter, ce serait trop simple.
- Signes neurologique : vérifier la glycémie. Une hypoglycémie peut mimer tout et n’importe quoi, et pourtant ça se soigne facilement : un Mars (ou un G30), et ça repart!

D’autres, en revanche, sont moins évidents, voire même carrément discriminatoires, et sont pourtant courants dans les dossiers ECN :
- Patient noir : il a surement une Tuberculose. Pourquoi? Parce que Argument de Fréquence. C’est brut, ça a plus ou moins une justification épidémiologique. Par ailleurs s’il vient des Antilles, il faut déparasiter par Ivermectine avant de mettre des corticoïdes en prévention de l’anguillulose maligne (ça pour le coup ça peut mal finir).
- "M. X, 25 ans, revient d’un voyage à San Francisco". Alors là c’est un classique. Il revient de San Francisco = Il est homosexuel, flower power, et bourré d’Infections Sexuellement Transmissibles. Et qui dit IST dit bilan IST (VIH, Hépatites, Syphilis, Chlamydiae), et dépistage et traitement des partenaires. Vous trouvez ça excessif pour quelqu’un qui a juste fait un voyage? Ben ouais, mais c’est comme ça. Si on ne l’écrit pas on perd des points. Et donc des places.
- Un breton? Il est alcoolique, et il a une hémochromatose et/ou une dysplasie de hanche. Faut croire que les études épidémiologiques en Bretagne sont assez sévères…

Dans le même ordre d’idée, un sujet tombé à l’ECN 2012 parlait d’une religieuse de 70 ans qui était atteinte d’une gale. Quiconque osait lui faire un bilan IST se prenait 0 à la question. Même si dans le collège (livre de référence) de Dermatologie, il est inscrit "La gale est considérée comme une IST". Ben ouais, ça s’acquiert généralement en pionçant dans le plumard de quelqu’un de contaminé. Et notre petite religieuse, si ça se trouve elle se tapait toute sa maison de retraite… Dans la vraie vie, dans cette situation, on se serait renseignée sur la dévotion de notre petite dame à ses vœux de religieuse, pour savoir si elle faisait des infidélités au bon dieu… Mais là non. C’est pas coté. Ça rapporte pas de points.

Les ECN, c’est bête, c’est méchant, et ça remplit pas très bien son rôle de classement. Il évoluera en 2016, mais pas sûr que ce soit en mieux… Les QCM, dans le genre réflexion, on a connu mieux…

Et si on nous apprenait à réfléchir parfois?

PS: Bon courage à tous les D4 qui jouent à la loterie dans 2 semaines !

Jean-Jacques Goldman – Etre le premier